Espace dimensionnel - Space Fictions + Photos
Police: DS-Digital --> c:\windows\fonts
Design, textes et photos eipho

lundi 1 octobre 2012



samedi 22 septembre 2012



jeudi 26 juillet 2012

mercredi 11 juillet 2012

dimanche 8 juillet 2012

dimanche 1 juillet 2012

samedi 30 juin 2012









OM






vendredi 8 juin 2012

Amitayus

Souverain du Ciel 
est le Monde de la Lumière 
Depuis l'onde céleste, Il se regarde 
« j'entends la Lumière, me voici dans la Création »
Du moi masculin la femme est sortie
Du moi féminin l'homme est sorti
pour se retourner, se reconnaître, s'aimer
voici l'Un ont-ils dit en se regardant, voici la Vie fusionnée.


Les miroirs accomplis s'additionnent.
les deux côtés, centre du miroir
centre de la création, cœur matérialisé de l'univers.
« Plus de polarité, regardez l’Être rayonnant ! »

Ils sont venus illuminer leurs centres
dynamiser la matière
s'accueillir sur la Terre
aimer l'enseignement du Père comme de la Mère
la force d'en bas tout comme celle d'en haut
ciblées dans leur cœur de L'Un, Ils se sont retrouvés
pour fondre et s'amplifier dans la Lumière
à travers l'espace, au-delà du temps
toujours ils étaient, partout ils sont
maintenant et à jamais

Pouvoir divin

le Père (Paix) dans la Mère (Amour), la Mère (Amour) dans le Père (Paix)
Dieu dans Dieu

Toujours Dieu dans ils/nous se retrouve, toujours ses lui se redécouvrent 
les faces de Dieu divisées, l'illusion de Son/Notre Jeu universel. 
Toujours Un, éternellement divin
LOVE - UNITY - PEACE
Paix | Amour

E 8 3

mercredi 9 mai 2012


C'est à l'intérieur de l'Être tout entier,
au-delà et transcendant tous les moi
que l'univers véritable est révélé.
Par delà le mental, et l'éclat de toute lumière
est le Cœur Pur et immuable du silence et du vide confondus.
La majesté de l'Un, propulsé dans l'océan universel
projette son cœur cosmique dans la création
qui éternellement, l'illumine de félicité.

samedi 5 mai 2012




dimanche 8 avril 2012

photo eipho


Buddhist Monks - Amitabha


Même si elle l’a toujours été, la vue semble parfois apparaître hors du soi, et l’on contemple tout ce qui fut soi, de l’intérieur. Car cette fois-ci la vision a un sens inversé. Vous comprenez ? c’est les parois de l’univers qui regardent, parce que la conscience s’est extirpée de l’individualité.
_ J’aime cette chanson, nous dit la jeune femme. Est-ce que l’univers peut l’entendre ?
_ Vous êtes l’univers. Mais il n’y a que ce qui est harmonie qui puisse résister à l’éternité, car l’éternité est harmonie.
_ Suis-je cette chanson ? Suis-je ce que j’entends ? Suis-je vraiment une femme maintenant ? Une femme qui entend ?
_ Vous êtes tout à la fois si vous le désirez, peut-être même n’êtes-vous que la chanson, et la sensation d’être une femme vient à vous, ici et maintenant, car cela traverse quelque chose dans l’univers qui vous fait vous sentir ainsi. La vie est une onde, une vibration, une note particulière traversant de part en part votre totalité. La question est : où vous trouvez-vous actuellement ?
_ Ne suis-je pas ici et maintenant ? demanda-t-elle.
_ Si vous le voulez oui, si vous désirez vivre cela oui. Mais vous êtes déjà partout. L’autre question est : où voulez-vous vivre ?
_ Dans la paix, dans l’amour.
_ N’y êtes-vous pas déjà ?
_ Il me semble que comme cette chanson, je les traverse, ou du moins, je vais dans leur direction, répondit-elle.
_ Oui voilà, nous en revenons à la vue du départ. Saisissez-vous ? Quelle est la qualité de votre vue, quelle est son étendue ? Avant, vous ne voyiez que depuis un corps distinct, un individu particulier, et vous traversiez le temps ainsi, en changeant de forme suivant la progression de votre vue. Ainsi l’espace s’amplifie en même temps que votre vue s’allonge et embrasse de plus en plus ce que vous êtes. Peu à peu, vous vainquez le temps et l’espace, la musique alors devient comme un écho profond, car elle est le parfum de votre cœur subtil. Votre véritable cœur qui est le centre de l’univers. Là d’où la musique vient et vous appelle. Plus vous vous y rendez, et plus votre individualité se transforme en universalité. Tout ce que vous avez été est vous, et vous voyez que tout cela est en vous. Ce qui veut dire que plus vous évoluez et plus l’univers entre en vous, alors votre cœur devient le Big Bang lui-même. L’univers est votre projection. »
La jeune femme se regarda alors, et vit qu’elle était une étoile immense. Une étoile où régnait une vie intense et lumineuse, propageant sa lumière à des années-lumière. Et de loin, des êtres entendirent en eux-mêmes une musique céleste et divine.
_ J’entends une musique parfois quand tout est calme. Une femme chante et j’ai l’impression de connaître tout cela. C’est comme un cosmique appel, dit un humain, puis un autre, et plus tard encore un autre.
Alors par l’intermédiaire de leur conscience nous leur suggérons que c’est leur futur soi qui leur parle.
L’humain s’endort et rêve qu'il vole dans l’espace. Un fœtus dans le ventre de sa mère. Et tel l’enfant un jour qui deviendra mère, l’humain deviendra un jour l’univers. Et comme l’univers existe déjà, l’humain est déjà l’univers. Seule la vue s’est adaptée à la compréhension de la musique universelle.
Alors l’étoile dit à ses enfants : je vous aime. Et en disant cela, elle s’est rappelé être un jour aussi un enfant perdu dans l’individualité. Tous ses enfants étaient elle, elle le savait à présent.
Son amour fut si fort qu’elle explosa pour embrasser quelque chose d’encore plus grand. L’étoile devint une galaxie. Et soudain la vue changea à nouveau, et elle regarda cette galaxie magnifique, remplie de vie, d’abondance et d’infinies possibilités. L’univers lui dit alors : "oui tu es moi, je suis toi, et ce que nous voyons tous les deux, c’est nous, nous tous, nous sommes un, et la vie se déroule toute seule, ça l'a toujours été, dès que la vue apparait.


photo eipho

mercredi 4 avril 2012





C'est du croisement des deux mondes
que naît l'aube nouvelle.

vendredi 23 mars 2012

Nous pensions que Joram était dans l’indécision, c’était faux, il s’était simplement assis dans un coin du soleil. Nous pensions qu’il attendait, or il nous dit seulement :
« J’ai toujours existé, mais je l’avais oublié. »
Il se voyait là, puis là, et encore là.
Au bout d’un profond et paisible silence de lumière, il s’adressa à nous :
« Mon fils m’a dit un jour qu’il était le Père de mon père, et puis ce jour il m’annonce, moi et mon Père sommes un. »
Il continue :
« Je lui dis oui mon fils, nous sommes Dieu. »
« Mais vous n’avez pas de fils ! » avons-nous dit étonné.
« Oh si ! comme nous tous, mais pas de cette vie, cependant il est toujours ici. » montrant son cœur.
Là tout a basculé, car Joram s’est retrouvé dans le Fils Dieu le Père, celui dont il parlait, et nous l’avons retrouvé au même endroit mais dans une dimension différente.
« Joram est-ce bien vous ? »
« C’est toujours Moi, partout toujours, qu’importe le nom et la forme. »

Le soleil était devenu bleu et ses yeux perçants et violets. Il restait assis seul et presque sans bouger (c'est ce que nous pensions mais il n'en était rien) et il voyait à travers le temps et l’espace. Voilà ce qu’il nous racontait lorsque nous parvenions à le joindre. Et puis plus tard, nous pouvions voir ce qu'il disait à travers le soleil. Nous pouvions le comprendre en regardant l'univers.

mardi 20 mars 2012

photo eipho

vendredi 16 mars 2012

Réouverture du blog "5002 - tHe BioSphere" avec le nouveau nom IlI3EIlI
Que la Lumière soit.


photo eipho

photo eipho